Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre

Aujourd'hui vendredi 27 novembre était une journée d'hommage national aux victimes des attentats du 13 septembre.

A cette occasion, s'est tenue une cérémonie aux Invalides où le Président de la République, François Hollande, a prononcé un discours dont voici les principales lignes :

« La France a été frappée lâchement, dans un acte de guerre », par « une horde d’assassins », « au nom d’une cause folle et d’un dieu trahi ».

« Aujourd’hui, la Nation, toute entière, ses forces vives, pleurent ses victimes. 130 noms, 130 vies arrachées, 130 destins fauchés, 130 rires que l’on n’entendra plus, 130 voix qui à jamais se sont tues. Ces femmes, ces hommes, incarnaient le bonheur de vivre. C’est parce qu’ils étaient la vie, qu’ils ont été tués. C’est parce qu’ils étaient la France, qu’ils ont été abattus. C’est parce qu’ils étaient la liberté, qu’ils ont été massacrés ».

« Des parents qui ne reverront plus leur enfant, des enfants qui grandiront sans leurs parents, des couples brisés par la perte de l’être aimé, des frères et des sœurs, pour toujours séparés. 130 morts, et tant de blessés marqués à jamais, marqué dans leur chair, traumatisés au plus profond d’eux-mêmes ».

« La France sera à leurs côtés. Nous rassemblerons nos forces pour apaiser les douleurs, et après avoir enterré les morts, il nous reviendra  de ‘réparer’ les vivants ».

« La France mettra tout en œuvre pour détruire l’armée des fanatiques qui ont commis ces crimes, qu’elle agira, sans répit, pour protéger ses enfants ».

« La France restera elle-même, telle que les disparus l’avaient aimée, et telle qu’ils auraient voulue qu’elle demeure ».

-          « Les attentats du début de l’année les avaient bouleversés. Beaucoup avaient tenu à manifester le 11 janvier, comme des millions de Français. Ils avaient dit leur refus de céder face à la menace terroriste » ;

-          « Ils savaient que la France n’est l’ennemie d’aucun peuple, que ses soldats se portent là où on les appelle, pour protéger les plus faibles, et non pour assouvir une quelconque domination » ;

-          Ils étaient « la jeunesse d’un peuple libre, qui chérit  la culture, la sienne, c’est-à-dire toutes les cultures ».

« Que veulent les terroristes ? Nous diviser, nous opposer, nous jeter les uns contre les autres. Je vous l’assure, ils échoueront. Ils ont le culte de la mort, mais nous, nous, nous avons l’amour, l’amour  de la vie. 

« Nous ne changerons pas, nous serons unis, unis sur l’essentiel ». « Nous mènerons ce combat jusqu’au bout et nous le gagnerons en étant fidèles à l’idée même de la France ».

« Le patriotisme que nous voyons aujourd'hui se manifester avec ces drapeaux fièrement arborés, ces rassemblements spontanés, ces foules qui chantent la Marseillaise n'ont rien à voir avec je ne sais quel instinct de revanche ou je ne sais quel rejet de l'autre ».

« La liberté ne demande pas à être vengée, mais à être servie ». « Vive la République et vive la France ».

AGENDA :

Vendredi 27 novembre :  

11h : Pose de la première pierre du Village Vacances VVF de Najac

20h30 : réunion publique liste Carole Delga à Rieupeyroux

Samedi 28 novembre :

17h : AG du comité départemental de Pétanque Decazeville suivi de l’inauguration du boulodrome de Decazeville

Lundi 30 novembre :

9h-12h : Permanence Decazeville

14h30 CA de la MCEF


 


Partager sur Facebook