Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Succès pour Hollande au Conseil européen

François Hollande a annoncé vendredi qu'il allait soumettre rapidement au Parlement pour ratification «toutes les décisions» adoptées au sommet européen de Bruxelles, dont le pacte budgétaire européen.

«Je propose que soient soumises au Parlement toutes les décisions concernant l'Europe, le pacte de croissance, la supervision bancaire, la taxe sur les transactions financières, le pacte budgétaire, parce qu'il y a une cohérence», a déclaré le président français lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet de l'UE.

Le sommet qui vient de s'achever a permis de voir triompher les idées de François Hollande défendues durant toute la campagne des présidentielles au sujet de l'Europe. Ces idées consistent à dire qu'il n'y aura pas de sauvetage de la zone € si, à la discipline budgétaire, n'est pas ajouté un volet de croissance pour chaque pays.

«Dans la campagne présidentielle, j'avais annoncé que je voulais renégocier ce qui avait été décidé (...) ce sommet a permis d'aboutir à cette renégociation», a ainsi plaidé le chef de l'Etat.

«Tout n'est pas encore complet, manque encore l'étape de l'union monétaire et économique, tout n'est pas encore mis en oeuvre, mais je considère que l'Europe a été réorientée comme il convenait», a-t-il poursuivi.

Il a également répété son hostilité à l'introduction d'une «règle d'or» de retour à l'équilibre budgétaire dans la Constitution française, ainsi que le souhaitait son prédécesseur Nicolas Sarkozy et l'a déjà fait l'Allemagne.

«En revanche, nous ferons voter une loi de programmation budgétaire, peut-être de valeur organique, pour rétablir l'équilibre de nos finances publiques», a-t-il conclu.

Claude Bartolone élu président de l'Assemblée

Mardi 26 juin, mon collègue, Claude Bartolone, député socialiste de Seine-Saint-Denis, a été élu Président de l'Assemblée nationale.

Il devient ainsi le 12e président de l'Assemblée nationale sous la Ve République à l'issue d'un seul tour de scrutin, face au président sortant Bernard Accoyer, candidat de l'UMP, l'emportant par 298 voix contre 185.

Dès son entrée en fonction, il a décidé de baisser son indemnité de 30 % dans la ligne des décisions du président François Hollande et du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, dans ce domaine.

"Le Sénat a décidé de diminuer la prime du président de 30 %, je vais faire la même chose et à l'euro près, j'aurai la même indemnité que mon ami Jean-Pierre Bel (Président du Sénat)", a annoncé Claude Bartolone vendredi en sortant d'un déjeuner à l'Assemblée avec celui-ci.

"Nous avons décidé de travailler ensemble pour moderniser et rendre plus transparentes nos institutions", a déclaré Claude Bartolone à la presse pour résumer la rencontre, qualifiant ce déjeuner entre les deux présidents de gauche des deux chambres de "moment historique".


Partager sur Facebook