Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Défense du "made in territoires de France" pour l'Aveyron

Les produits manufacturés vont désormais bénéficier d’une indication géographique protégée. C'est un nouveau dispositif que j'ai vigoureusement défendu à l'Assemblée et que mes collègues sénateurs Stéphane Mazars et Alain Fauconnier ont défendu au Sénat.

En effet, dans le cadre du projet de loi sur la consommation, nous avons porté haut et fort les dispositions visant à renforcer l’ancrage territorial des indications géographiques protégées pour les produits manufacturés. Le texte est passé, jeudi dernier, en commission mixte paritaire. Les deux Assemblées doivent confirmer ce nouveau texte par un vote définitif cette semaine.

L’exemple laguiolais a mis en évidence, il y a quelques années, l’urgence de protéger par une labellisation les produits industriels et artisanaux. En effet, un entrepreneur du Val-de-Marne a déposé une marque du nom de «Laguiole» et peut ainsi profiter de la renommée du village en matière de savoir-faire artisanal et de ce fait prive la commune aveyronnaise de son usage. «Ce cas illustre parfaitement la nécessité d’une double protection : en direction des municipalités, qui doivent pouvoir se protéger contre l’usage abusif de leur nom et en direction des consommateurs qui doivent avoir les moyens de connaître l’origine exacte et les caractéristiques précises du produit qu’ils achètent», a expliqué Stéphane Mazars aux journalistes lors d'une conférence de presse que nous avons organisé samedi 8 février.

Comme c’est le cas pour les produits alimentaires, désormais les produits manufacturés, par exemple le savon de Marseille, la porcelaine de Limoges ou encore la dentelle de Calais pourront bénéficier d’une certification. Aujourd’hui, près de 80 produits référencés sont concernés.

«Cette labellisation «indication géographique» sera délivrée en fonction du respect d’un cahier des charges précis et à la condition formelle qu’ils soient produits sur place et qu’ils respectent un processus de fabrication et de transformation très rigoureux», ai-je souligné Marie-Lou Marcel.

Ce projet de loi concerne donc uniquement les produits mettant en lumière un savoir-faire et l’excellence artisanale et industrielle d’un territoire. Il favorisera, par conséquent, l’exportation, le développement économique et local. «Ce dispositif, c’est le made in "territoires de France"», selon Stéphane Mazars.

La prochaine étape sera de faire reconnaître la labellisation des produits manufacturés au niveau européen.

Intempéries du 27 juillet : un appel à la solidarité entendu !

 

Suite aux intempéries ayant sévi dans l’Ouest Aveyron le samedi 27 juillet, j'ai reçu à plusieurs reprises les représentants du monde agricole qui m'ont fait part de la détresse financière de certains exploitants dont les cultures ont été partiellement voire totalement détruites.

 Une journée sur le terrain avec Stéphane Mazars et Alain Fauconnier, Sénateurs, et une visite d’exploitation en décembre avec Vincent Labarthe, Vice-Président en charge de l’agriculture m'ont permis de témoigner auprès du Président de Région, Martin Malvy, de l’intensité de cet événement climatique.

J'ai donc sollicité la Région afin que puisse être envisagé un accompagnement adapté face aux difficultés exceptionnelles rencontrées par les agriculteurs de l’Ouest-Aveyron.

Ce jeudi 6 février, j'ai donc soutenu et voté une subvention exceptionnelle de 25.000 euros à l’Association des Fédérations Agricoles de l’Aveyron (AFA 12) pour le transport de fourrage.

Bien évidemment, je « me félicite que mon appel à la solidarité régionale ait été entendu et suivi d’actes. »


Partager sur Facebook