Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Hommage à Pierre Mauroy aux Invalides


Hommage à Pierre Mauroy aux Invalides

Ce mardi matin, avait lieu aux Invalides l'hommage national à Pierre Mauroy.

Le Président de la République a prononcé l'éloge funèbre de l'ancien Premier ministre de François Mitterrand.

En voici quelques extraits :

" Peu d'hommes, même éminents, peuvent s'enorgueillir d'avoir fait l'histoire de leur pays. Pierre MAUROY est incontestablement de ceux-là (...)

A la tête du pays, il engagea de grandes réformes qui demeurent, encore aujourd'hui, comme autant d'acquis, de la décentralisation à l'abolition de la peine de mort, de la 5ème semaine de congés payés à l'instauration de l'impôt sur les grandes fortunes. Il accorda le droit de partir à la retraite à 60 ans à ceux qui n'avaient plus le temps d'attendre, tant la vie les avait usés. Ce destin exceptionnel, rien ne le disposait à l'accomplir mais tout le conduisait à en rêver (...)

Sa culture, ce fût le socialisme. Il en avait embrassé très tôt la cause. Le socialisme, il en épousera tous les rôles. Jeune cadre de la SFIO, il fonda avec François MITTERRAND le Parti d'Epinay en 1971. Il fut le Premier secrétaire en 1988, puis - consécration suprême à ses yeux - il succéda à Willy BRANDT en 1992, à la présidence de l'Internationale Socialiste. Jusqu'à la fin de la vie, jusqu'à son dernier souffle, il anima la fondation Jean JAURES, pour bien marquer la continuité de son engagement. Sa terre, c'était le Nord, c'était Lille.

Devenu maire en 1973, il modernisa sa ville, la transforma, la tourna vers l'Europe. Lille dont il fit, avec la Communauté urbaine, une grande métropole économique et culturelle. Lille, c'était sa fierté, son refuge, sa ressource. Lille, c'était sa capitale. La capitale des Flandres. La capitale de son cœur (...)

Si nous sommes réunis, c'est parce que Pierre MAUROY est entré dans l'histoire. Pour avoir été l'artisan de grandes conquêtes sociales et de libertés nouvelles. Sûrement. Rien que pour cela, il a sa place. Mais il a surtout fait des choix, des choix essentiels dont nous sommes les uns et les autres - quelle que soit notre place dans la vie politique - les héritiers (...)

La vie de Pierre MAUROY est une belle leçon politique pour l'ensemble des Français. Elle nous montre que l'on peut avoir le sens des responsabilités et conserver son idéal. Que l'on peut servir l'intérêt supérieur de l'Etat et garder ses valeurs. Que l'on peut concilier la justice sociale et l'ambition économique. Que l'on peut porter la modernité et préserver son authenticité. Que l'on peut défendre les classes populaires et travailler pour tous les Français. Que l'on peut être fidèle à sa tradition et préparer l'avenir. Que l'on peut faire de grandes réformes et faire preuve de réalisme. Que l'on peut se révéler homme d'Etat et demeurer homme du peuple. Que l'on peut être patriote et Européen. Que l'on peut exercer les plus hautes fonctions et rester un «militant». Pierre MAUROY avait cette formule citant KIPLING. Il disait : «Dans ce monde, il y a ceux qui restent chez eux et puis il y a les militants» (...)

Pierre MAUROY, c'était une stature imposante, une voix chaude avec des phrases longues, des intonations tumultueuses. Pierre MAUROY, c'était un visage bienveillant, solide, ferme. Mais Pierre MAUROY, c'était aussi un homme d'une grande finesse. Finesse d'esprit, avec une intelligence des gens et des situations. Il voyait tout et parfois ne disait rien ou il le gardait pour lui et le confiait plus tard. Sans acrimonie, car Pierre MAUROY n'avait pas besoin d'être méchant pour être craint. Finesse politique pour parvenir habilement - quelques fois dans des circonstances laborieuses - à ses fins.

Oui, Pierre MAUROY avait de l'élégance, de la subtilité. Ses mains, longues, interminables, blanches qui, telles deux oiseaux, accompagnaient ses discours, étaient par elles-mêmes aussi le reflet de sa personnalité. Sa force et sa finesse : c'est cet alliage qui lui donnait la «sérénité du couvreur sur le toit» pour reprendre une belle formule de Léon BLUM pour qualifier les bâtisseurs.

Pierre MAUROY aimait les gens et les gens l'aimaient. Il avait cette qualité rare de prendre du temps, y compris avec les humbles. Il savait raconter les histoires, émouvoir par les mots, donner ses impressions. Il avait le sens de la camaraderie comme d'autres ont le sens de la chevalerie. Il n'était pas familier, mais il était chaleureux. Mesdames, Messieurs, Madame, Rendre hommage à Pierre MAUROY, c'est faire l'éloge du courage en politique, de la constance et de la fidélité. Fidélité à ses origines, fidélité aux ouvriers, fidélité à son parti, fidélité à ses amis, à ses idées, à sa ville, à son pays, fidélité à l'Europe.

Oui, fidélité à ce qui fait le sens d'une vie, l'accomplissement d'un destin, la contribution à l'Histoire. En ce moment où tout s'achève, je repense à l'ultime ligne du dernier livre que Pierre MAUROY publia. Il écrivait : «Les hommes passent avec le reste. Mais les justes causes, elles, ne meurent jamais».

Mesdames, Messieurs, C'est en servant ces causes, c'est en les servant bien que nous serons, à notre tour, fidèles à Pierre MAUROY, à la République et à la France.


Inauguration de la nouvelle maison d'arrêt de Rodez

Ce lundi, j'ai participé à l'inauguration de la nouvelle maison d'arrêt de Rodez aux côtés Christiane Taubira, Garde des sceaux, et Anne-Marie Escoffier, Ministre déléguée chargée de la décentralisation.

Le nouvel établissement pénitentiaire permettra de bonnes conditions d'encadrement à même de conditionner la sortie des détenus.

La journée s'est poursuivie par une visite du tribunal de grande instance et s'est terminée avec la rencontre des collégiens d'Onet-le-Château.



Meeting aérien de "Tout le monde chante contre le cancer" à Villefranche

Les Villefranchois sont des chanceux.

En effet, c'est une première qui avait lieu dimanche dernier dans la perle du Rouergue où la patrouille de France a assuré la prestation finale de la journée de solidarité organisée par "Tout le Monde chante contre le cancer".

Une formule de meeting aérien inédite qui a réuni plus de 15 000 spectateurs pour cette première édition.

Bravo à Nicolas Rossignol, le dynamique président de l'association et à toute son équipe de bénévoles !


Partager sur Facebook