Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Examen du budget 2014

Des mesures concrètes pour le quotidien dans le budget 2014

Dans un cadre économique et financier contraint, le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2014, autrement dit le budget de l'Etat, présente des dispositions en faveur des jeunes et du pouvoir d'achat.

Parmi les nombreuses mesures en faveur de la jeunesse, est notamment prévu le financement de 150 000 emplois d'avenir (pour les jeunes de 16 à 25 ans), de 100 000 contrats de génération et de 30 000 contrats aidés supplémentaires afin d'améliorer l'accompagnement des élèves, et particulièrement des élèves handicapés.

La réforme des aides sociales aux étudiants, annoncée en juillet 2013, se traduit par une hausse des aides pour près de 100 000 boursiers dès la rentrée 2013, représentant un effort de 200 millions d'euros.

De multiples mesures sont, elles, prévues en faveur du pouvoir d'achat.

Le PLF 2014 restitue ainsi 900 millions d'euros de pouvoir d'achat aux contribuables grâce à la réindexation du barème de l'impôt sur le revenu sur l'inflation, après deux années de gel consécutives, et une revalorisation de la décote de 5 % au-delà de l'inflation.

S'agissant des familles les plus modestes, le PLF 2014 prévoit de revaloriser de 25 % l'allocation de rentrée scolaire.

Les plafonds de ressources de la CMU-C et de l'ACS (accès à la complémentaire santé) sont relevés, ce qui permettra de couvrir davantage de Français en situation de pauvreté.

Plus largement, les engagements de la Conférence pauvreté d'augmenter de 50 % en 5 ans le complément familial et de 25 % en 5 ans l'allocation de soutien familial seront mis en œuvre à compter de 2014.

Le Gouvernement s'est également engagé à revaloriser pendant plusieurs années le montant forfaitaire du RSA «socle» au-delà de l'inflation, afin qu'il retrouve son niveau-cible de 50 % du SMIC.

Parmi les autres mesures du PLF figurent la création de places d'hébergement d'urgence (près de 5 000) et en solution d'intermédiation locative (près de 7 000), qui représentent un effort financier de 111 millions d'euros, ou encore l'extension des tarifs sociaux de l'électricité et du gaz, qui bénéficieront à 3 millions de foyers, contre 1 million auparavant (soit un effort financier de 400 millions d'euros).

Le PLF prévoit un ensemble de mesures dans le cadre de la politique du logement, en complément des mesures fiscales incitatives. Les loyers seront encadrés dans les zones tendues, et il sera mieux tenu compte du poids relatif des charges dans le calcul des aides bénéficiant aux foyers les plus fragiles, ce qui les rendra davantage solvables.

L'offre de logements et l'emploi dans les secteurs de la construction et du bâtiment seront soutenus par la baisse de la TVA dans le secteur du logement social, la réforme du régime fiscal des plus-values immobilières et la création d'un dispositif de soutien fiscal à l'investissement institutionnel dans le logement intermédiaire.


Partager sur Facebook