Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault : la voie du redressement.

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, a fait aujourd'hui sa déclaration de politique générale à l'Assemblée nationale.

Il a ainsi défini la ligne générale de l'action du gouvernement pour les 5 ans à venir.

"Pour la première fois depuis 26 ans, je ne serai pas assis parmi vous", a-t-il commencé avant de s'engager à "conduire le redressement du pays dans la justice".

La première partie de son discours a ainsi été consacrée au thème du "redressement" qui passe par la défense de l'emploi et par la lutte contre l'endettement. Jean-Marc Ayrault a exhorté nos concitoyens à "une mobilisation" face à "une crise sans précédent" qui "menace notre modèle social et républicain": "Le poids de la dette est devenu écrasant. L'Etat verse ainsi près de 50 milliards d'euros par an à ses créanciers", ajoute le Premier ministre.

"Mais (...) je ne suis pas venu lancer un débat sur l'héritage", a-t-il ainsi lancé au lendemain de la remise du rapport de la Cour des comptes qui épingle la gestion de l'ancienne majorité qui a creusé les déficits.

Après avoir annoncé pour ce jeudi une consultation sur "la refondation de l'école", Jean-Marc Ayrault a décrit son action en deux phases: une phase pour la réforme des structures et une phase pour le partage des bénéfices tirés des efforts.

Une réforme fiscale dans la justice

"La première [phase] sera celle d'une réforme des structures. J'entends par là la rénovation de tous les outils qui permettront de renouer avec la croissance et l'emploi. Je pense à la réforme fiscale, je pense à la priorité donnée à la jeunesse, je pense à la décentralisation".

Concernant cette réforme fiscale Les annonces du Premier ministre sont conformes au programme de François Hollande :

  • suppression de la hausse de la TVA votée sous Nicolas Sarkozy, et dont l'application était prévue à l'automne

  • création d'une nouvelle tranche de 45% d'impôt sur le revenu pour les ménages les plus aisés

  • imposition à 75% pour les revenus supérieurs à 1 million d'euros.

"Je veux la réforme fiscale, je veux la justice fiscale, j'appelle à l'effort national et je refuse l'austérité", a déclaré Jean-Marc Ayrault.

«La maîtrise des dépenses publiques est indispensable. Mais elle ne sera pas suffisante. De nouvelles recettes fiscales seront mobilisées.»

Le gouvernement entend ainsi "solliciter d'abord ceux qui jusqu'ici ont été exonérés de l'effort collectif" : "contribuables aisés" et "grandes entreprises".

Jean-Marc Ayrault a précisé: "L'ensemble de notre stratégie sera fixée dans le cadre d'une loi de programmation des dépenses publiques, qui couvrira les cinq années de cette législature". "Cette loi nous engagera sur un retour à l'équilibre à l'horizon 2017", "en faisant la part des efforts demandés à chacun: Etat, sécurité sociale et collectivités locales".

Une agriculture diversifiée

"Nous stimulerons, à travers une loi cadre, le développement d'une agriculture diversifiée, durable et performante", a déclaré Jean-Marc Ayrault.

"Nous offrirons à nouveau à nos agriculteurs un projet d'avenir, dans le cadre d'une politique agricole commune consolidée et rénovée."

"Au niveau européen, les exigences croissantes en faveur de la qualité des produits et de modes de production plus respectueux de l'environnement sont une chance pour nos agriculteurs et nos professionnels de l'agroalimentaire".

De nouvelles lois institutionnelles

Jean-Marc Ayrault a annoncé de nouvelles lois institutionnelles :

  • droit de vote des étrangers aux élections locales

  • fin du cumul entre un mandat parlementaire et un exécutif local, à compter de 2017

  • instillation d'une dose de proportionnelle dans l'élection des députés

  • suppression du conseiller territorial

  • changement du mode de scrutin pour élire les conseillers généraux afin de "permettre une meilleure représentativité des assemblées départementales"

  • loi sur les collectivités locales :"il faut en finir avec les doublons administratifs"

De nouvelles lois pour plus de démocratie

  • Une loi ouvrira le mariage aux couples homosexuels : "Au premier semestre 2013, le droit au mariage et à l'adoption sera ouvert à tous les couples, sans discrimination." "Notre société évolue, les modes de vie et les mentalités changent. Des aspirations nouvelles s'affirment."

  • Une réforme du Conseil supérieur de la magistrature, ainsi que la fin des directives du gouvernement aux procureurs

  • Une réforme de l'audiovisuel pour que les présidents de chaîne ne soient plus nommés par le chef de l'Etat.

"La France est un vieux pays, d'un vieux continent" mais "c'est aussi un pays neuf» a conclu Jean-Marc Ayrault, ajoutant: «La France, ce sont ses valeurs, qui ne sont pas cotées [par aucune agence] mais qui pour nous n'ont pas de prix".

J'ai, naturellement, voté la confiance au gouvernement dirigé par Jean-Marc Ayrault.

A noter que, contrairement à tous les usages républicains, les parlementaires de l'UMP n'ont cessé de chahuter le Premier ministre lors de son discours.

Ils ne s'en sont pas arrêtés là. Lorsque notre Président de Groupe, Bruno Le Roux, a pris la parole, ils ont choisi de quitter l'hémicycle. Curieuse conception du dialogue démocratique...


Partager sur Facebook