Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Commémoration du 19 mars 1962

Alors que le gouvernement de Lionel Jospin avait commencé en 2002 d'élaborer un texte de loi reconnaissant le 19 mars comme journée officielle de commémoration de la fin des combats en Algérie (le «cessez-le-feu» ayant été décrété le 19 mars 1962), alors que de nombreuses associations d'anciens combattantsde ce conflit, à commencer par la FNACA, enont fait l'une de leurs principales revendications, la date du 19 mars n'est toujours pas reconnue comme date officielle de cette commémoration.

J'ai assisté aux cérémonies du 19 mars 2012, jour anniversaire des 50 ans de la fin du conflit algérien.

Je me suis tout d'abord rendue au mémoriale de Luc-la primaube pour la commémoration départementale de ce 50e anniversaire en présence de nombreux élus et des représentants de la FNACA aveyronnaise.

En fin d'après-midi j'ai également assisté aux 50 ans du «cessez-le-feu» en Algérie devant le monument aux morts de Villefranche-de-Rouergue.

Inauguration des locaux de l'UDSMA à Villefranche

Le mardi 13 mars, j'a participé à l'inauguration des locaux du centre de soins et de services à domicile de l'UDSMA en présence de MM. Jean-Jacques Rouquette et Claude Mouly, respectivement secrétaire général et secrétaire général adjoint de l'UDSMA-Mutualité Française Aveyron ainsi que M. Denis Saules, Directeur Général et Mme le Docteur Eliane Pietronave, Directrice du pôle sanitaire, médico-social et social de l'UDSMA.

L'objectif de l'UDSMA, entreprise mutualiste, est d'agir au plus près des personnes pour améliorer leur santé et leur bien-être.

J'ai tenu à saluer l'engagement exemplaire de la communauté médicale de l'UDSMA : personnel soignant, technique et administratif.

J'ai rappelé mon attachement à l'Hospitalisation à Domicile qui permet d'assurer et d'assumer des situations complexes. Elle répond à l'évolution des besoins et à la demande des familles.

J'ai souligné la profonde inégalité territoriale en matière d'accès aux soins qui doit devenir un sujet majeur de nos politiques publiques. Il ne saurait être question que l'accès à des soins de proximité (hôpitaux, médecins...) devienne un luxe. La loi HPST accentue ces inégalités.

J'ai conclu en saluant, à nouveau, la démarche innovante des équipes à l'origine de ce projet qui a permis de faire sortir de terre ces locaux exemplaires.


Partager sur Facebook