Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Cérémonie d'hommage au Panthéon

 

 

Mercredi dernier a eu lieu une très belle et tès émouvante cérémonie d'hommage au Panthéon. C'est la mémoire de quatre grandes figures de la Résistance à l'oppresseur nazi qui a été honorée : Geneviève De Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion, Jean Zay et Pierre Brossolette.

Comme l'a dit François Hollande dans son discours :

"Aujourd'hui, la France a rendez-vous avec le meilleur d'elle-même. Ils étaient quatre : deux femmes, deux hommes. Ils sont quatre à entrer aujourd'hui dans le monument de notre mémoire nationale. Ils sont quatre inséparablement liés dans cette célébration qui veut que des personnalités remarquables soient données en exemple à la France tout entière pour inspirer les générations nouvelles. Ils sont quatre. Admirables sans avoir voulu être admirés, reconnus sans avoir cherché à être connus, célébrés sans avoir imaginé être célèbres.

Ils sont quatre, deux hommes, deux femmes. Quatre destins, quatre chemins, quatre histoires qui donnent chair et visage à la République en en rappelant les valeurs. Quatre héros si différents par leurs origines, leurs opinions et leurs parcours. Qu'y a-t-il donc de commun entre ces deux femmes rescapées de l'enfer des camps et ces deux hommes disparus atrocement dans les derniers jours de l'Occupation? Entre ces deux catholiques qui mirent leur vie au service de la dignité humaine et ces deux francs-maçons qui eurent très jeunes des responsabilités politiques importantes? Entre ces deux sœurs de combat pour un monde commun et ces deux précurseurs d'une République nouvelle?

Pourtant, ces deux femmes, ces deux hommes, chacun si singulier, ont été gouvernés par les mêmes forces, animés par les mêmes passions, soulevés par le même idéal, unis les uns, les autres par le même dépassement, indissociablement soudés par le même amour, l'amour de leur patrie. Quatre grandes Françaises et Français qui incarnent l'esprit de la Résistance, l'esprit de résistance. Face à l'humiliation, à l'Occupation, à la soumission, ils ont apporté la même réponse: ils ont dit non tout de suite, fermement, calmement."

Cette manifestation marquée par une grande solennité a été une vraie réussite. Elle a été une réussite parce qu'elle a su parler à tous les Français et à toutes les Françaises quelles que soient leurs générations.

Elle a été une réussite parce qu'elle a permis d'évoquer à nouveau la Résistance, plus de 50 ans après le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon.

Elle a aussi été une réussite parce qu'elle a permis à deux femmes illustres d'entrer au Panthéon. En ce domaine, on ne peut pas dire que la parité soit de mise puisque le Panthéon abrite désormais 4 femmes pour 72 hommes !

Si la devise inscrite sur ce monument est "Aux grands hommes, la Patrie reconnaissante", tout le monde sait bien que ces "hommes" sont à comprendre comme "tout être humain quel que soit son sexe". En ce domaine, on voit qu'il reste beaucoup de chemin à faire. Cette cérémonie, à sa manière, a contribué à ce que cette exigence que plus de femmes entrent au Panthéon soit actualisée.

Interdiction totale des coupures d’eau: la victoire d’un combat pour la dignité

 

Le Conseil constitutionnel a  validé ce vendredi 29 mai 2015 l’interdiction totale des coupures d’eau dans les résidences principales, inscrite dans la loi dite loi Brottes du 15 avril 2013.

Saisi par une entreprise attaquée en justice pour avoir coupé l’eau à un de ses clients pour impayés, le Conseil constitutionnel a clairement écarté les arguments de l’entreprise, qui dénonçait une atteinte à la liberté contractuelle,  à la liberté d'entreprendre ou au principe d’égalité.

Au contraire, le Conseil a estimé que  la garantie de l’accès à l’eau « répond à un besoin essentiel de la personne » et qu’il est ainsi conforme à cet objectif constitutionnel que constitue « la possibilité pour toute personne de disposer d’un logement décent ».

La loi Brottes du 15 avril 2013 et son décret d'application du 27 février 2014 interdisent en effet à tout distributeur de couper l'alimentation en eau dans une résidence principale, même en cas d'impayé et cela tout au long de l'année.

Cette même loi a aussi, d’ailleurs, institué le principe de la trêve hivernale pour l'électricité et le gaz, au bénéfice de tous les consommateurs sans distinction de revenus.


Partager sur Facebook