Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Aux Journées Parlementaires socialistes, le Premier ministre rappelle les principaux axes de sa politique

Jean-Marc Ayrault a clôturé les Journées parlementaires des socialistes en rappelant les principaux axes de la politique en cours et en rappelant que nous devions collectivement être à la hauteur des enjeux.

La situation européenne

«La situation du pays, la situation de l'Union européenne, la situation du monde exigent de nous autant de retenue dans l'expression que de détermination dans l'action. Lorsque la boussole s'affole, nos concitoyens attendent de nous que nous montrions ensemble le Nord.

Le continent européen est en crise. Les gouvernements conservateurs avaient jusqu'ici adopté une position simple : l'austérité budgétaire. Nous l'avons combattue. Nous avons porté tout au long de la campagne présidentielle, la volonté d'une réorientation de la politique européenne. Cette réorientation a même été le sens du dépassement des clivages entre partisans du oui et du non. Cette réorientation jusqu'ici inimaginable, l'élection du 6 mai, la force de conviction de François Hollande, l'ont rendue possible.

Au traité budgétaire, les européens ont accepté d'ajouter un pacte de croissance, la supervision bancaire, la taxe Tobin... autant de combats que nous avons portés pendant toutes ces années d'opposition. Et c'est ce "paquet européen" que vous aurez dans quelques jours à approuver.»

La lutte contre le chômage

«Notre priorité est d'abord la lutte contre le chômage, la lutte pour l'emploi, la lutte pour le sauvetage de ces entreprises qui annoncent des plans sociaux. Vous venez de voter en première lecture à l'Assemblée, le texte qui permettra la création de 150 000 emplois d'avenir.

Vous serez saisi à l'issue de la négociation entre les partenaires sociaux, du projet de contrat de génération qui permettra l'embauche de 500 000 jeunes en CDI et le maintien dans l'emploi d'un nombre équivalent de séniors.

Avant la fin de l'année, les partenaires sociaux devront avoir conclu leur négociation dans le cadre de la grande conférence sociale. Sur la sécurisation des parcours professionnels et le financement de la protection sociale, nous allons avancer.

Nous voulons limiter la précarité sur le marché du travail, mieux accompagner les mutations économiques et mieux anticiper l'évolution de l'activité des entreprises, afin que le licenciement ne soit pas la seule réponse aux difficultés des entreprises. Nous voulons développer la formation professionnelle, pour conforter la reconversion des salariés. Faute d'accord entre les partenaires sociaux, le gouvernement prendra ses responsabilités avec toute l'expertise de Michel Sapin. La guerre contre le chômage est engagée.»

Les finances publiques restaurées

«Le projet de loi de Finances que vous présenteront dans quelques jours Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac visera tout à la fois le redressement de nos comptes publics et le rétablissement de l'équité. La justice fiscale est engagée.»

La crise du logement

«Nous subissons une crise du logement sans précédent. Cécile Duflot a mis en oeuvre le blocage des loyers dans les zones les plus inflationnistes. Actuellement vous discutez de la cession des terrains de l'Etat qui autorisera de nouveaux programmes de construction. La rénovation des quartiers est en route avec François Lamy. Le chantier du logement pour tous est engagé.»

L'éducation

«A l'automne, aux termes d'une consultation de haute tenue, Vincent Peillon proposera une grande loi sur la refondation de l'école républicaine. La promotion par l'éducation, la priorité donnée à la jeunesse, sont engagées.»

L'égalité

«Nous voulons l'égalité. Après la dépénalisation de l'homosexualité obtenue en 1981 avec François Mitterrand, le PACS voté grâce à Lionel Jospin, nous ferons au premier semestre 2013, avec Christiane Taubira et Dominique Bertinotti, le mariage pour tous et l'adoption par les couples homoparentaux.»

L'environnement et l'écologie

«Nous venons ainsi de tenir il y a quelques jours la conférence environnementale avec Delphine Batho, qui a engagé le grand chantier de la transition énergétique. S'agissant de notre patrimoine commun, de cet héritage environnemental que nous lèguerons à nos enfants, aucun intérêt financier supérieur ne guidera notre action.

Ainsi s'agissant des OGM, la publication d'une étude par des chercheurs Français mettant gravement en cause l'innocuité à long terme du maïs transgénique NK 603 a provoqué la saisine immédiate de l'agence de sécurité sanitaire et l'autorité européenne de sécurité des aliments. (...) Stéphane Le Foll défendra au niveau européen l'interdiction de ces OGM.»


Partager sur Facebook