Imprimer cette page
Imprimer en PDF

Deuxième grande Conférence sociale

La deuxième grande Conférence sociale s'achève ce vendredi, avec une feuille de route concentrée sur le dossier des retraites et la question de l'emploi.

François Hollande a ouvert jeudi cette Conférence avec les syndicats et le patronat pour lancer notamment une réforme des retraites.

Face aux 3,26 millions de chômeurs, le président de la République prêche la patience et maintient son ambition d'inverser avant la fin de l'année la courbe du chômage.

Il a ainsi lancé "l'idée" d'un contrat d'apprentissage "avec engagement d'embauche" pour certaines entreprises avec l'objectif d'arriver à "500 000 apprentis dans les trois prochaines années".

Avec "435 000 apprentis en formation", contre plus d'un million en Allemagne, François Hollande espère une meilleure "garantie d'un débouché pour le jeune".

Pour ce faire, le président français esquisse la formule qui pourrait s'appliquer : "Pourquoi ne pas imaginer que l'entreprise qui contribuerait à la définition de la formation d'un jeune en alternance, qui l'accompagnerait tout au long de son parcours, puisse signer un contrat d'apprentissage avec engagement d'embauche, sous réserve bien sûr de l'obtention du diplôme ?"

Sur l'emploi, une mauvaise nouvelle est tombée jeudi soir : selon les dernières prévisions de l'Insee le chômage devrait continuer de grimper fin 2013 pour atteindre 10,7% en métropole.

Conscient de cette dégradation du climat, François Hollande a lancé un appel à combattre «le doute, la défiance et le désarroi» et présenté un plan pour l'emploi .

Ce vendredi matin, en visite au Salon du Bourget il a opposé «son engagement» aux prévisions de l'Insee.

«Il y a une différence entre la peur et la volonté», entre «le pronostic et l'engagement», a dit le chef de l'Etat, en réinsistant : «Je veux qu'il y ait une diminution du chômage». «Si ce n'était pas difficile, pourquoi y aurait-il des politiques qui s'engageraient», a-t-il fait valoir.

«On se bat pour la croissance, contre le chômage, pour la compétitivité, pour les exportations», a-t-il lancé, en concluant : «Je suis mobilisé, je me bats, je suis au boulot».

A la conférence sociale, les six tables rondes débutées jeudi après-midi ont repris ce vendredi matin. A 16 heures cet après-midi, Jean-Marc Ayrault donnera la feuille de route sociale pour l'année à venir.


Partager sur Facebook